Test de la cartouche phono Audio-Technica AT-ART1

Test de la cartouche phono Audio-Technica AT-ART1

Audio-Technica_at_art1_phono_cartridge.gifConsidérez-vous chanceux. Audio-Technica au Royaume-Uni, est dirigé par un Shig Harada, un homme avec un amour intense pour le LP analogique et un employé de l'une des très rares sociétés japonaises à croire dans le format. C'est Harada qui a décidé que le Royaume-Uni méritait de se lancer dans la nouvelle cartouche phare de l'entreprise, contrairement à l'opération américaine qui ne sait même pas qu'elle existe. Et quand vous réalisez que Harada s'engage dans une cartouche qui se vend # 800 moins cinq pence, vous pouvez comprendre que c'est un geste courageux. Même si le Royaume-Uni est l'un des rares marchés restants à soutenir le LP avec vigueur, les cartouches # 800 ne sont pas exactement les éléments les plus faciles à déplacer.



Dans l'état actuel des choses, il suffit d'admirer toute entreprise prête à s'attaquer à l'état de l'art dans une technologie qui, selon 90% de l'industrie, est morte et
enterré. Développé pour célébrer le 25e anniversaire d'Audio-Technica, l'AT-ART1 (Audio Reference Transducer) est tout simplement la meilleure cartouche qu'Audio-Technica est capable de produire
point in time, une cartouche qui exploite tout ce que l'entreprise a appris en produisant les modèles OC bien accueillis. C'est innovant, mais c'est surtout un signe de bravoure.
Normal 0 MicrosoftInternetExplorer4

pourquoi mon netflix ne se charge-t-il pas

Ressources additionnelles





Alors, qu'est-ce que l'AT-ART1 offre comme tentation pour le consommateur avec suffisamment d'argent pour acheter un foutu lecteur de CD ou l'une des quelques dizaines d'autres cartouches à bobine mobile? Structurellement, l'AT-ART1 est le résultat d'Audio-Technica commençant par une feuille blanche, un peu comme Ortofon avec leur MC3000 et son corps en céramique. L'AT-ART1 dispose d'un corps en titane avec amortissement interne pour produire un «facteur de rigidité / légèreté idéal». À première vue, la cartouche ressemble à n'importe quel m-c moderne. Ensuite, vous le touchez et constatez que la moitié inférieure couleur cacao n'est pas solide comme la partie supérieure argentée. Il «cède» sous pression car il est formé d'un composé de caoutchouc spécial conçu pour éliminer complètement toutes les résonances internes.

Premier fabricant à exploiter le fil PC-OCC (Pure Copper Ohno Continuous Casting), Audio-Technica utilise désormais la dernière version de ce matériau, suffixée «6N» pour indiquer une pureté de 99,99996%. Le matériau est utilisé pour les bobines, où il est censé fournir l'efficacité et la transparence de sortie les plus élevées possible, ainsi que pour les broches des bornes. Les enroulements de bobine
résident dans un moule VC en céramique qui assure un ajustement serré à l'intérieur du boîtier et les bobines sont disposées dans le réseau en «V» gauche / droit séparé traditionnel (et breveté) d'Audio-Technica. Ce système corps / générateur est équipé d'un porte-à-faux en bore avec une surface supérieure revêtue de diamant, avec un stylet MicroLinear carré de 0,1 mm nu. Un stabilisateur vertical est également utilisé dans l'AT-OC9.



Le corps volumineux (l'AT-ART1 pèse 9g substantiel) a des côtés parallèles et suffisamment de surfaces planes pour fournir une myriade d'indices visuels pour l'alignement. Aussi intelligent et utile que soit la section en caoutchouc, les rainures qui y sont coupées ne sont pas droites, il est donc conseillé d'utiliser le tube du bras, la plaque supérieure de la cartouche ou le bord inférieur de la section en titane du corps si vous définissez VTA par
œil plutôt que oreille. L'installation dans la série SME V s'est déroulée sans problème et VTA était parfait avec la plaque supérieure parallèle au disque Je l'ai réglé à 1,6 g conformément au tableau fourni
montrant les mesures de test en usine.

Le reste du système comprenait la platine vinyle Oracle Delphi III, Beard P1000, Raymond Lumley M150, amplificateurs de puissance Denon POA-4400A et Radford MA50, haut-parleurs Apogee Diva et Celestion SL700 et préamplificateurs Audio Research SP-9 et Air-Tight ATC-1, tous les deux
utilisé sans étapes m-c. Outre la nécessité évidente de garantir la bonne correspondance du bras de lecture, les propriétaires potentiels doivent auditionner l'AT-ART1 avec le préampli qu'ils utiliseront chez eux.

La sortie est indiquée comme 0,35 mV (mon échantillon mesuré légèrement plus bas à 0,31 / 0,32 mV), ce qui n'est ni ridiculement bas ni exceptionnellement élevé. Le SP-9 correspondait à merveille, tandis que l'Air Tight pouvait à peu près gérer mais avec peu de marge pour les bangers de tête. J'insiste sur cet aspect de correspondance parce que l'AT-ART1 est si véritablement transparent - proche du niveau spectral, en fait - qu'il révèle à la pelle l'insertion d'un appareil élévateur supplémentaire.

Ce n'est pas l'exagération ou l'hyperbole habituelle d'un type typiquement journalistique.Les préamplis micro que j'ai essayés sont du plus haut pedigree, certains coûtant plus cher que la cartouche elle-même, et leur présence était totalement délétère. Je ne vais pas les énumérer, car je sais combien de lecteurs - en particulier les détaillants - se trompent de bout de bâton quand on déclare qu'un produit ne fonctionnait pas dans certaines conditions et que ces step-ups se sont avérés juste dandy avec autres cartouches. Ce serait un mauvais service de les qualifier de pauvres simplement parce qu'ils ne conviennent pas à l'AT-ART1. Ce que j'espère clarifier, c'est que l'AT-ART1 adore regarder 47k ohms, c'est donc la façon dont je recommanderais de l'auditionner. Vous seul savez si votre préampli est à la hauteur de la tâche.

En savoir plus sur la page 2.

Audio-Technica_at_art1_phono_cartridge.gif

J'ai mesuré l'AT-ART1 au début de la première séance et un mois plus tard, après avoir accumulé plus de 100 heures dans la rainure. Les mesures ont changé de manière si insignifiante que je soupçonne qu'elles quittent l'usine dans un état prêt à fonctionner. La hauteur de caisse n'a pas du tout changé, ce qui signifie que le réajustement habituel du VTA après le rodage n'était pas nécessaire, ce qui confirme encore ma conviction que l'AT-ART1 est l'un des très rares m-c haut de gamme à ne pas exiger un période de rodage - quelque chose qui devrait être acquis à ce prix.

que signifie tbh dans le texte

À l'exception de la sortie, que j'ai mentionnée précédemment mesurée légèrement inférieure à celle spécifiée, l'AT-ART1 s'est amélioré sur chacune de ses spécifications fournies. La fréquence
la réponse était pratiquement plate de 60 Hz à 10 kHz, avec une augmentation à peine significative en dessous du premier chiffre. À l'autre extrémité, l'AT-ART1 n'a augmenté que de 0,6 dB selon mes mesures, en contradiction avec les +3 dB du propre tracé d'Audio-Technica. Quoi qu'il en soit, rien ne suggérait une élévation haut de gamme, la cartouche étant lisse et naturelle plutôt que brillante ou piquante. Là encore, nous parlons du bord du graphique ...

C'est aussi un bon endroit pour commencer. Les registres supérieurs de l'AT-ART1 ne sont pas A-T standard si vous êtes du genre à supposer qu'Audio-Technicas penche vers le clair ou le vif. Il y a beaucoup de détails, avec une gestion habile de sons aussi facilement obscurcis ou maculés que les cymbales massées, et cela est absolument exempt d'exagération qui qualifie quelque chose de `` hi-fi '' plutôt que de `` musique ''. C'est un phénomène commun à presque toutes les cartouches que j'ai utilisées, qui comportent un stylet MicroLinear et l'une des raisons pour lesquelles je préfère ce profil à la pointe plus fine de van den Hul. Et miracle des miracles, l'AT-ART1 a donné un coup de pouce bienvenu au son des SL700 sans induire de fatigue.

La bande médiane est tout aussi riche en détails mais le caractère change légèrement pour s'adapter à l'adjectif «liquide». L'AT-ART1 privilégie les voix et les instruments acoustiques car certains
les sons électroniques semblent un peu épais dans cette région. Cela change le caractère de la musique house / rap, ce qui la rend encore plus difficile que d'habitude, mais ensuite je n'ai fait que glisser le truc entre le plateau et
stylet parce que je suis censé échantillonner tous les genres. Compte tenu de mon mépris total pour «acieeeddd», je ne considère pas que l'envoyer à Coventry soit une grande perte. (Ou Hull d'ailleurs.) Si vous voulez une analogie visuelle graphique pour cet équilibre sonore, pensez à une femme Lautrec, mince en haut et un peu rebondie en dessous.

Cela peut jouer en faveur de l'auditeur si l'auditeur utilise un système avec un registre supérieur riche et une partie inférieure maigre. La condition est cependant assez subtile et seulement vraiment perceptible
grâce à des enceintes avec une bande médiane résolument neutre.

L'AT-ART1 s'amincit à nouveau pour les octaves inférieures, une situation que j'ai trouvée parfaite pour les Divas trop riches mais moins pour les Celestions presque timides. Dans les deux cas, les enceintes bénéficient d'une sensation de meilleur contrôle, en particulier les Divas qui sont facilement excitées, mais cette maigreur pourrait priver les Celestions d'un renfort bas de gamme indispensable. Mais alors que la `` masse '' des notes de basse peut sembler plus légère que, disons, celle d'un Koetsu mûr, la basse a une présence exceptionnelle, un son léger et léger qui est tout simplement parfait pour les passages de basse complexes. Ironiquement, la plupart de ces performances peuvent être trouvées dans le genre des clubs hyperactifs
mentionné ci-dessus, le type même de musique qui n'est pas aussi favorisé par la bande médiane de l'AT-ART1.

Mais cette ecorche virtuelle d'un mixte mésomorphe / ectomorphe ne rend pas compte de la cohérence globale de la cartouche en ce qui concerne les textures, l'équilibre et la régularité qui masquent ces défauts mineurs. L'AT-ART1 sonne «d'un morceau» malgré la description charnue au milieu et maigre aux extrémités que j'ai fournie. Et il ne traite pas non plus de la diffusion positivement panoramique du son ou de la tridimensionnalité convaincante qui place l'AT-ART1 avec des grands comme le Monster Alphas Genesis, le Koetsus et le Sumiko Talisman. C'est ce dernier dont l'AT-ART1 m'a le plus souvent rappelé, même s'il n'a rien de l'acharnement occasionnel du Talisman.

Ce que ces vertus créent lorsqu'elles sont combinées avec les considérations alimentaires mentionnées ci-dessus est un champ sonore large, voire massif, avec des images internes solides comme le roc et raisonnablement bien définies.
extrémités. Sur des enregistrements cohérents avec une atmosphère bien capturée, comme les récents enregistrements de nénuphars d'Arturo Delmoni, l'AT-ART1 produit une figure réaliste entourée d'un
espace convaincant, les seuls indices sur sa nature d'enregistrement étant un léger obscurcissement des moindres détails de bas niveau et un peu de vivacité supplémentaire aux reflets. Et puisque ce sont
caractéristiques que la plupart d'entre nous doivent tendre pour discerner, dis-je, «grande affaire».

L'AT-ART1 plaira le plus à ceux qui ont vécu avec CD et LP et ne veulent pas renoncer à certaines des vertus du premier tout en aspirant à la lecture la plus «analogique» de la LP. L'AT-ART1 se situe entre les deux, ce qui en fait un parfait compromis haut de gamme alors que l'écart entre LP et CD se réduit. Il manque peut-être un peu du charme et de la chaleur du Koetsu, de la transparence absolue du Spectral (bien qu'il soit sacrément proche) ou de la vitesse hallucinante des Deccas, mais c'est une alternative au smorgasbord dandy.

Pas étonnant que je vois généralement Shig Harada sourire.

Ressources additionnelles