Ampli de puissance Audio Research VS55 examiné

Ampli de puissance Audio Research VS55 examiné

audio_research_VS55_amp.png



Un amplificateur doit être quelque chose de vraiment magique à suivre, sans parler du partenaire Recherche audio Préampli SP16. Quand je l'ai examiné pour le numéro de mai, cette délicieuse unité de contrôle, `` abordable '' selon les normes ARC, m'a rappelé pourquoi je suis tombé amoureux de la marque Minneapolis par rapport à presque tous les autres fabricants d'amplis à lampes post-transistor. L'ampli de puissance stéréo associé, le VS55, ne fait que réaffirmer ma foi. La chaleur et l'attrait du son de la combinaison sont tels que, si à un moment quelconque de votre `` passé audio '', vous avez auditionné, emprunté ou (chanceux vous) possédiez un équipement Audio Research de 1972-1990, vous vous demanderez qui a réquisitionné la machine à remonter le temps.

Ressources additionnelles
• Lire plus d'avis sur les amplificateurs stéréo sur HomeTheaterReview.com.
• Trouver un récepteur AV pour coupler avec cet amplificateur.





Ne vous étouffez pas avec vos cornflakes: je ne veux pas dire que le VS55 sonne «vieux». Je suggère simplement qu'il s'agit d'un produit aussi imposant et instantanément reconnaissable en tant que champion que les classiques ARC d'autrefois, comme les SP-10 et les D-150. Mais c'est tout - le reste est pur 2002. Si la synecdoche est votre vanité littéraire préférée, alors le départ le plus révélateur de la pratique passée est le tout nouveau look du VS55 sinon, vous pouvez le considérer comme un fait que le retour de l'entreprise aux valeurs passées n'est PAS un exercice en rétro.

Je ne peux même pas nommer un ampli de puissance Audio Research antérieur qui manquait de panneau avant - tout lecteur avec une mémoire éléphantine, veuillez aider ici - même s'il s'agissait de types à châssis ouvert sans `` côtés '': vous obtiendriez toujours une façade autonome panneau. Ainsi, le style du VS55 pourrait vous décevoir. Au lieu de l'habituel métal brossé pleine largeur avec poignées noires `` aspect laboratoire '' qui a toujours identifié les amplis de puissance de la société, le VS55 affiche ses tubes avec fierté. Alors que la législation communautaire dicte la présence d'une cage tubulaire ou d'une forme de protection au motif que les vannes sont trop chaudes pour que nous y soyons exposés (Bruxelles se contredit généralement, car l'éclairage halogène basse tension est plus chaud et aucun écran de protection n'est requis. ), il y aura une sorte de cage disponible, l'échantillon d'examen est arrivé au naturel.



En raison de l'absence de fascia, le VS55 semble petit. De plus, son encombrement n'est que de 14 x 14 pouces et sa hauteur de seulement 7 pouces, de sorte que l'unité est vraiment compacte. Cela lui donne un attrait visuel bijou, tout comme une vue de dessus dans laquelle l'unité est divisée en zones argentées et noires, l'argent étant une plaque fraisée et anodisée. La zone noire continue jusqu'aux quatre côtés du châssis.

Ce qui reste d'une zone frontale contient un interrupteur à bascule marche / arrêt et un indicateur de mise sous tension LED vert. La surface arrière contient des connexions pour haut-parleurs 4 ou 8 ohms via des connecteurs multi-voies (hourra - pas de borniers à vis!), Des prises phono pour une entrée de ligne asymétrique, des points de contact pour tester la polarisation, une entrée secteur CEI et un support pour un fusible secteur modifiable par l'utilisateur. L'unité peut également être allumée automatiquement avec le préampli via un déclencheur 12V. En dessous se trouvent quatre pieds en élastomère, qui offrent un bel amortissement mécanique.

Vue de dessus, l'avant du VS55 contient trois tubes de commande et d'entrée 6N1P, chacun portant une bague d'amortissement. Derrière eux se trouvent quatre 6550EH robustes, au son riche, de fabrication russe et de sérieux condensateurs de puissance. Enfin, tout au fond de la surface horizontale se trouve la seule partie frappée sauvagement et sans relâche avec le vilain bâton: des transformateurs de secteur et de sortie mal peints hurlant juste d'être recouverts d'une sorte de bidon, comme à la manière des amplis à quatre soupapes (ancien et nouveau) ou l'ADM30 de Nightingale. Nus, ils ressemblent à quelque chose d'emprunté à un Dynakit bien utilisé. Si la future cage approuvée par la CE est de taille normale plutôt que dimensionnée uniquement pour protéger les tubes, l'apparence des transformateurs ne sera pas trop gênante. Recherche audio, honte à vous ...

meilleur endroit pour acheter un chien

En ce qui concerne tout énoncé de mission de l'entreprise, il est clair que le VS55 est destiné aux utilisateurs tels que moi, ceux qui ont toujours estimé que les amplificateurs les plus doux semblent être des conceptions push-pull classiques avec des cotes de 35 à 75 W / ch. Pourquoi, je ne sais pas, mais beaucoup de «vrais grands» semblent appartenir à cette catégorie, et ARC lui-même a toujours eu un dandy de 50 ou 60 watts dans son catalogue. Dans le cas du VS55, la puissance nominale est de 50 W / canal en continu de 20 à 20 kHz, avec écrêtage à 52 W. La bande passante de puissance a des points de -3 dB à 12 Hz et 50 kHz, et la réponse en fréquence est de 1 Hz à 60 kHz. La rétroaction négative globale est de 12,5 dB, et le ronflement et le bruit sont indiqués comme étant inférieurs à 0,2 mV RMS, -100 dB en dessous de la sortie nominale.

Comme pour les sessions d'écoute du SP16, le VS55 faisait partie de mon système régulier composé de Wilson WATT Puppy System 6 et LS3 / 5As, Marantz CD12 / DA12 et, pour l'analogique, le frontal Linn LP12 / Ekos / Arkiv). Les amplis de puissance de référence comprenaient le Quad II-fortys, le Radford STA-25 et le Dynaco ST70, les préamplis alternatifs pour la comparaison étaient le Quad QC24 et Musical Fidelity Nu-Vista, tandis que le câblage était Transparent Ultra et Kimber Select. De plus, comme mentionné dans la critique du SP16, Cremona de Sonus Faber correspondait au VS55 avec le type de synergie que vous attendez uniquement des packages mono-marque.

En savoir plus sur le VS55 à la page 2.

Croyez-moi, ce n'était pas une torture de recommencer: j'ai simplement répété mes sessions en utilisant le SP16 avec différents amplis dans ce cas, cela signifiait essayer le VS55 avec quelques autres préamplis. Comme prévu, la majeure partie de l'écoute impliquait les unités de recherche audio en tant que paire, mais le mixage et l'appariement était nécessaire pour déterminer quels traits sonores faisaient exclusivement partie du SP16 et quels traits étaient attribuables au VS55. Mais je dois dire que les deux étaient si clairement conçus pour fonctionner l'un avec l'autre et si manifestement exprimés par la même équipe de conception qu'ils se ressemblaient plus que tous les éléments pré / puissance que je peux nommer. Permettez-moi d’essayer d’expliquer ce qui peut sembler être une pensée confuse.

Normalement, on s'attend à ce qu'un préampli et un ampli de puissance de la même écurie compensent les faiblesses de l'autre, en particulier avec les modèles de même prix qui devraient être utilisés ensemble. Si le préampli est légèrement tranchant et l'ampli de puissance légèrement doux, ou si le préampli a des basses grasses et que l'ampli de puissance a tendance à être maigre, la synergie annule souvent les imperfections respectives. Mais dans ce cas, le SP16 et le VS55 sont si exempts de vice que ni l'un ni l'autre ne doit travailler pour l'autre.

C'était étrange. Le VS55 partageait l'ouverture du SP16, le doux haut de gamme, la clarté. Détaillé et révélateur, le VS55 correspond également à la «liberté de l'oppression» du SP16 des amplificateurs trop hygiéniques. Ou, pour le dire autrement, le VS55 sonne comme un ampli à lampes, et je le nommerais même, plutôt qu'un ampli vintage au son trop romantique ou un SET moderne, comme la manière la plus vivante de démontrer les tubes par rapport aux transistors .

Mais le rôle d'un préampli diffère de celui d'un ampli de puissance, le premier ayant la fonction plus délicate et raffinée de routage et d'amplification des signaux de bas niveau. Ce dernier, en revanche, a la lourde tâche de piloter les charges insignifiantes créées par les haut-parleurs - un travail bien plus méchant que celui d'un préampli regardant l'entrée de niveau ligne d'un ampli de puissance. C'était à mon grand plaisir que le VS55, malgré une puissance nominale qui est considérée ces jours-ci (sauf par les utilisateurs de SET) comme positivement sous-alimenté, n'a jamais montré de signes de sa puissance moyenne à deux chiffres.

Pensez aux charges auxquelles il a dû faire face: le WATT Puppy sensible mais maladroit, le Sonus Faber Guarneri, gourmand en énergie mais non menaçant, le sensible 4ohm Cremona, le LS3 / 5A affamé, à haute impédance et à faible consommation d'énergie. C'est ici que je dois répéter une préférence personnelle - celle d'écouter à des niveaux considérés par beaucoup comme très bas - pour que vous ne pensiez pas que j'ai traité cela comme un Krell de 300W lors d'une fête pour les fans de Motorhead. Inversement, je ne suis pas un wussy total et fais du rock à l'occasion. Et pourtant, à aucun moment, le pouvoir n'a jamais été un problème. Et gloire soit, la dynamique ne semblait JAMAIS contrainte, les transitoires étaient toujours rapides dans les deux sens, le claquement n'était jamais moins que satisfaisant.

C'est là que le VS55 s'écarte, par exemple, d'un ampli à lampes des années 1980 au pedigree similaire (sans parler d'un ampli à lampes vintage de la variété Radford / Leak / Dyna). Avec de la musique du genre `` massif '', en particulier le pop-reggae bas-lourd d'Eddy Grant, la batterie de Kodo et des bandes-son explosives avec de grands tympans, le VS55 agissait plus comme une Reference 300 que comme une 50 watts. Est-ce important? La basse extrême est-elle une réelle préoccupation pour les auditeurs d'instruments acoustiques, de performances live, d'œuvres petites et intimistes?

comment supprimer les sauvegardes de time machine

Il faut un enregistrement a capella comme un disque Persuasions pour montrer que l'atmosphère, sinon le son réel des interprètes eux-mêmes, est grandement affectée par la performance des basses. Cela m'explique pourquoi ceux qui ont intégré de véritables subwoofers dans leurs systèmes ne seraient jamais sans eux, même si on ne demandera jamais au système de reproduire le DVD de Pearl Harbor ou de The Fast & The Furious. Cela justifie Richard Lord de REL, qui m'a dit, la première fois que je l'ai rencontré et à une période antérieure à l'ascendant du home cinéma, que chaque système était un subwoofer si les utilisateurs voulaient entendre la pleine performance.

Cela se concentre cependant sur une partie étroite (quoique importante) du spectre. Pour moi, la qualité commence et se termine avec la façon dont un système gère la voix, et ici le VS55, comme le SP16, révèle sans vergogne ses origines tube-y. Aussi modernes que soient les fréquences extrêmes du VS55 - une bonne chose pour la plupart, à condition que les aigus supérieurs ne hurlent pas - la bande médiane est chaude, confortable et c'est précisément la raison pour laquelle les amplis à lampes dominent mon musée ET mon système de référence quotidien.

Mais voici la même question brûlante qui m'a vexé avec le SP16: le VS55 rappelle-t-il les amplis de puissance ARC qui l'ont inspiré? Hmm ... moins que la façon dont le SP16 honore les préamplis précédents. Je suggérerais plutôt que ce soit une vraie petite sœur des Reference 600 et Reference 300, plutôt que des amplis de plus longue durée. Ce qui demande ce qui suit: que diriez-vous d'une version sans objet du VS55, avec des composants loufoques, un fascia et quelques mètres, appelée la Réf. 55?

Ce modèle de rêve contredirait la raison d'être même du VS55: son prix. À 2699, le VS55 est l'ampli de puissance Audio Research tout lampe le moins cher depuis longtemps, à un prix tel qu'avec la version de niveau ligne du SP16, il passe à moins de 5000. Je suppose que 5000 a autant d'importance psychologique pour les gens dépenses dans cette fourchette comme le fait 99,99 pour les moins bien nantis, d'où le souci de la tarification. N'étant pas un spécialiste du marketing, je trouve que les prix arbitraires sont tellement stupides et artificiels qu'ils sont insultants. Ce qui est beaucoup plus pertinent, c'est que le VS55 donnera à ceux dotés de 2699 le genre de son sur lequel je ne me plaindrais à AUCUN prix. Fellas: nous parlons d'un futur classique.

Ressources additionnelles
• Lire plus d'avis sur les amplificateurs stéréo sur HomeTheaterReview.com.
• Trouver un récepteur AV pour coupler avec cet amplificateur.