Cartouche de bobine mobile Transfiguration Temper V examinée

Cartouche de bobine mobile Transfiguration Temper V examinée

012811.Transfiguration_Tempur_V.JPG



Bien que la plupart d'entre vous me considèrent à juste titre comme un homme à deux cartouches - Koetsu ou Decca - je ne suis pas vraiment limité. Je suis connu pour tapoter mes orteils sur les Ortofons de la série SPU, j'adore les Grados au corps en bois et j'ai flirté avec plus de quelques Lyras succulentes. Mais une famille de cartouches que j'ai négligé de mentionner est celle de la Transfiguration. J'utilise leur Temper depuis des années, avec d'excellents résultats.

Quand est venu le temps d'un nouveau stylet, j'ai découvert que le Temper avait évolué le long de quelques générations, donc le remplacement était le Temper V, la puissance inférieure des deux modèles actuels. Le V délivre un fragile 0,38 mV, tandis que le W le fait passer à 0,58 mV. Parce que l'étage phono Audio Research PH5 a un gain énorme, cela ne me dérangeait pas de recevoir la version à sortie inférieure. La plage dynamique était aussi large que celle d'une conception à rendement plus élevé, tout en conservant toute la délicatesse et la subtilité du m-c à faible rendement traditionnel qui a produit une génération de masochistes qui les préfèrent.
Normal 0 MicrosoftInternetExplorer4





Ressources additionnelles

La métamorphose allie la conception classique de la bobine mobile avec de jolis détails qui leur sont propres. Le Temper contient un aimant annulaire, qui confère à la cartouche cinq `` améliorations de conception uniques '': les bobines à l'intérieur de l'aimant, il n'y a pas de jougs, il n'y a `` pas d'irrégularités magnétiques '', les bobines sont situées précisément au `` nœud du magnétique '' focus », et la conception présente un couplage bobine / aimant plus intime. Cela se traduit par une plus grande précision dans l'ensemble, une masse assez faible pour une cellule aussi magnifiquement construite et le genre de performances sonores qui justifient en partie des prix élevés.



La transfiguration, comme Blue Angel (revue en février) ne réécrit pas le livre. Il s'agit simplement de raffiner les éléments éprouvés. Son couplage ultra-serré aimant-bobine, qui signifie véritablement une proximité bobine / aimant de seulement quelques millièmes de pouce, offre une meilleure focalisation dans le champ magnétique, pour améliorer l'efficacité électromagnétique. La masse dynamique plus faible et l'élimination de la saturation de la bobine signifient une `` réponse du stylet à la formation de rainures '' plus rapide et plus précise.Vous remarquerez sans aucun doute que le Temper navigue sur des LP difficiles à suivre. Et l'attaque transitoire est à peu près aussi proche d'un Decca que je l'ai entendu de n'importe quel m-c.

Les autres détails incluent deux bobines de cuivre 7N à noyau carré SS-mu-métal sur le point d'appui en porte-à-faux, amortissement avec un composé spécial pour assurer un alignement et un contrôle cohérents du stylet / bobine (avec une très bonne immunité aux changements de température, à en juger par son calme pendant un mois de décembre froid ), un noyau en alliage spécial pour l'assemblage de la bobine, des aimants en néodyme, un cantilever au bore nouvellement développé et une pointe de faible masse sous la forme d'un diamant solide Ogura PA 3x30 microns. Tout cela est logé dans un corps en aluminium anti-résonance parfaitement fini.

En ce qui concerne les spécifications, il n'y a rien de trop choquant si vous êtes habitué
bobines mobiles qui nécessitent une augmentation. La société recommande une charge de 3 ohms,
ce qui n'était pas autant un problème que le gain pur, et le
la force de suivi de 1,8 g est parfaite. J'ai utilisé le Temper V dans la série SME
Bras en V sur la platine tourne-disque SME 30 / II, lors des séances avec le
étage phono Audio Research susmentionné, l'EAR 834P, le Pro-Ject
Tube, le Musical Fidelity X-LPV3 et les step-ups NAD PP2. Comme j'ai dit,
le chargement était beaucoup moins important que le simple gain. Autres composants
inclus le préampli McIntosh C2200, l'ampli de puissance MC2102 et Wilson WATT
Haut-parleurs Puppy System 7 et PMC DB1 +.

Considérant que j'avais passé les trois mois précédents à écouter presque
exclusivement chez Deccas, bar le temps avec le Blue Angel, la transition
était indolore. Si vous tracez une ligne d'extrémités de cartouche avec un Decca à
une extrémité et un Ortofon SPU à l'autre, le Temper est, fait intéressant,
plus près de la Decca. Il partage une attaque rapide, une décomposition douce, légèrement
présentation avant et sons soyeux des cordes avec les dernières Deccas, mais
il a une chaleur plus conforme aux m-cs. En fait, la Transfiguration
me rappelle plus un Decca qu'un Koetsu, sauf dans la basse, où le
Decca est ultra-instruit et maigre en comparaison. The Temper clairement
émule les octaves inférieures plus riches du Koetsu.

Ce qui explique pourquoi je ne suis jamais mécontent d'une métamorphose. Dans de nombreux
façons. C'est le meilleur des deux mondes pour un schizoïde comme moi, qui
aspire à un hybride imaginaire qui fait partie de Decca et de Koetsu. Où
la Transfiguration a brillé était avec un meilleur suivi que l'un ou l'autre. , composé et dirigé par Ray Martin, est une version 1964 de Decca Phase 4, pas sans rappeler.
Stéréo super large, transitoires chauds, changements dynamiques rapides - vous connaissez le
percer. Celui-ci présente également des prises étranges de la musique classique, mais
si bien enregistré que même moi, je pouvais les digérer.


Rien, et je veux dire que rien sur ce disque ne pourrait contrecarrer le
Transfiguration, alors que le Decca et l'Ange bleu ont tous deux exposé
traces d'instabilité. The Temper simplement labouré, composé, gracieux
et suintant de finesse. C'est, sans aucun doute, l'un des plus grands.

pop-ups aléatoires sur téléphone Android

Mais revenez à cette ligne. De gauche à droite, ou luxuriant à excitant, nous
ont (avec quelques lacunes, bien sûr) les Ortofons SPU, puis Denons, puis
Supexes, puis Koetsus, toujours à gauche du centre. Milieu? Probablement
le Blue Angel, puis les cartouches Grado Reference-grade, suivies de
la Transfiguration, et enfin les Deccas. Ce que la ligne ne fait pas
indiquer le prix et la valeur. Le Temper V coûte 2250 enivrant. Mais si
c'est ce qu'il faut pour obtenir un savoureux mélange de Decca et Koetsu, en
presque les bons ratios, qu'il en soit ainsi. Cette cartouche se balance.

Ressources additionnelles