Projecteur LCD Mitsubishi Diamond Series HC6800 examiné

Projecteur LCD Mitsubishi Diamond Series HC6800 examiné

mitsubishi-hc6800-projecteur-examen.gif Mitsubishi Le nouveau projecteur LCD HC6800 se situe au sommet de la gamme Home Cinema de la société, juste en dessous du HC7000. Les deux modèles font partie de la série Diamond, qui utilise les technologies les plus avancées de Mitsubishi. Le HC6800 est un Projecteur 1920 x 1080 qui utilise la technologie 3LCD, il a un rapport de contraste dynamique évalué de 30 000: 1 et une puissance lumineuse nominale de 1 500 lumens ANSI. (En comparaison, le HC7000 élévateur répertorie un rapport de contraste de 72000: 1 et 1000 lumens ANSI.) La liste des fonctionnalités du HC6800 comprend la puce de traitement vidéo Silicon Optix Reon-VX, un iris automatique haute vitesse, des commandes de configuration motorisées et double modes anamorphiques à utiliser avec un écran 2,35: 1 et lentille anamorphique supplémentaire.



Ressources additionnelles

• Lire plus d'avis sur les projecteurs du personnel de HomeTheaterReview.com.





• Trouvez le écran parfait pour le HC6800 .

• En savoir plus un système de lentilles anamorphiques pour vous aider à tirer le meilleur parti du HC6800.



En termes de prix, le HC6800 atterrit dans un peu de zone grise. Son PDSF est de 3495 $, ce qui le place techniquement dans la classe moyenne des projecteurs 1080p. Cependant, son prix de vente réel est beaucoup plus bas, inférieur à 2500 $ - ce qui est plus proche de la catégorie d'entrée de gamme 1080p.

Le branchement
Le HC6800 a un design plus attrayant que la plupart des projecteurs boxy sur le marché aujourd'hui, avec un coffret tout en courbes et une finition brillante au charbon de bois brossé. Les boutons du panneau supérieur - qui comprennent les boutons d'alimentation, de menu, de zoom / mise au point, de décalage de l'objectif et de navigation - sont masqués sous un panneau rabattable. Le panneau de connexion comprend toutes les entrées souhaitables: deux HDMI 1.3, un VGA, un composant vidéo, un S-vidéo et un vidéo composite, ainsi que RS-232 et un port de déclenchement 12 volts. Les boutons d'entrée dédiés aux sports de la télécommande fournie, ainsi qu'un accès direct à de nombreux réglages d'image courants. La télécommande est également entièrement rétro-éclairée, mais il lui manque un bouton pour activer le rétro-éclairage. Vous devez appuyer sur n'importe quel bouton pour éclairer la télécommande, ce qui va à l'encontre du but du rétroéclairage lorsque vous recherchez un certain bouton dans l'obscurité.

Mitsubishi a inclus un bel assortiment d'outils de configuration pour faciliter au maximum la taille et la mise au point de l'image, mais les spécifications ne sont pas aussi complètes que les options de mon modèle Epson de référence. Le HC6800 a un décalage d'objectif vertical généreux (+/- 75 pour cent) pour s'adapter à divers emplacements de plafond / table et hauteurs d'écran, cependant, son décalage d'objectif horizontal n'est que de +/- 5 pour cent, il a donc peu de flexibilité pour gérer le placement du projecteur décentré . Dans ma salle de cinéma, mon projecteur se trouve au sommet d'un rack d'équipement vertical, qui est légèrement décentré au fond de ma pièce, à 12,5 pieds de l'écran. Le décalage horizontal de l'objectif du HC6800 n'était pas assez important pour que je puisse centrer l'image sur mon écran. De même, bien que le zoom 1,6x du HC6800 soit meilleur que celui que vous trouverez sur un certain nombre de projecteurs, il ne fournissait pas suffisamment de zoom pour redimensionner l'image jusqu'à mon écran plus petit de 75 pouces de diagonale. J'ai dû déplacer physiquement mon rack d'équipement d'environ un pied et en avant pour positionner parfaitement l'image sur l'écran. Sur le plan positif, les commandes de zoom, de mise au point et de décalage de l'objectif de Mitsubishi sont toutes motorisées par opposition à manuelles, réglables via la télécommande ou les boutons du panneau supérieur du projecteur. Les autres fonctionnalités de configuration comprennent deux pieds réglables manuellement, la correction de la distorsion trapézoïdale, une fonction d'inversion d'image pour une configuration de rétroprojection et un motif de hachures à l'écran pour faciliter le dimensionnement et la mise au point.

En termes de réglages d'image, le HC6800 possède la plupart des commandes importantes. Au lieu de modes d'image prédéfinis, vous obtenez quatre modes gamma prédéfinis (automatique, sport, vidéo et cinéma), ainsi qu'un excellent menu gamma avancé dans lequel vous pouvez régler individuellement le niveau de rouge, vert et bleu en bas, moyen et des signaux élevés. Le menu comprend également quatre réglages de température de couleur (haute luminosité, froid, moyen et chaud), avec des commandes avancées de balance des blancs pour affiner la température de couleur. J'ai opté pour le mode gamma cinéma et la température de couleur chaude pour une pièce complètement sombre.J'ai également expérimenté la température de couleur haute luminosité pour une pièce avec lumière ambiante. Le HC6800 ne dispose pas d'un système avancé de gestion des couleurs pour ajuster précisément les six points de couleur, mais je découvrirais bientôt que cette fonctionnalité n'est pas vraiment nécessaire. En termes de luminosité de l'image, le projecteur dispose d'un diaphragme qui ajuste automatiquement la sortie lumineuse en fonction du contenu à l'écran, et le menu de configuration inclut la possibilité d'activer ou de désactiver l'iris automatique et de dicter sa vitesse (de 1 à 5, avec 3 comme le défaut). Il existe également deux réglages de mode de lampe: faible et standard. La réduction du bruit n'est disponible que pour les sources de définition standard. Avec le HC6800, vous ne pouvez pas définir différents paramètres d'image pour différentes résolutions au sein d'une entrée spécifique, cependant, vous obtenez trois paramètres de mémoire AV pour chaque entrée, vous pouvez donc configurer et stocker différents paramètres comme vous le souhaitez.

Les options de rapport hauteur / largeur incluent auto, 16: 9, 4: 3, zoom 1, zoom 2 et étirement, ainsi que deux modes anamorphiques conçus pour être utilisés avec un écran 2,35: 1 et un objectif anamorphique en option. Les objectifs anamorphiques vous permettent de visionner des films CinemaScope / 2.35: 1 sans barres noires en haut et en bas, vous ne perdez donc pas de résolution pour reproduire des barres noires. Mitsubishi comprend deux modes anamorphiques afin que vous n'ayez pas à utiliser un objectif anamorphique coulissant qui doit être déplacé lorsque vous revenez aux sources 16: 9 standard. Le mode anamorphique 1 étire l'image verticalement pour l'adapter à l'objectif anamorphique, tandis que le mode anamorphique 2 la serre horizontalement pour afficher correctement le contenu 16: 9 avec l'objectif toujours en place.

Enfin, le menu de configuration du HC6800 vous permet de sélectionner différentes quantités de surbalayage (ou aucune du tout) pour le contenu 480i, 720p, 1080i et 1080p. Ceci est utile car, bien que le surbalayage soit indésirable avec les sources 1080p, vous souhaiterez peut-être que lors de la visualisation d'un contenu de télévision 480i, 720p et 1080i, le bruit soit coupé sur les bords du signal de diffusion.

Performance
Pour ma première visite avec le HC6800, je n'ai apporté que des modifications minimes aux paramètres par défaut du projecteur. Je suis simplement passé aux préréglages les plus adaptés au cinéma (le mode gamma cinéma et la température de couleur chaude) et j'ai vérifié certaines sources HDTV et Blu-ray dans une salle de cinéma entièrement sombre. Même avec un réglage minimal, le HC6800 rend une image agréable, avec un bon contraste global. Ce qui m'a immédiatement frappé, c'est à quel point l'image était nette et naturelle. Peu importe que le menu ne dispose pas d'options de réduction du bruit pour le contenu HD, car l'image a peu de bruit à craindre. Les tons de peau semblaient neutres et les couleurs étaient riches sans être sursaturées. Associé à mon écran Elite de 75 pouces de diagonale, le HC6800 avait également une belle quantité de lumière pour infuser des images HDTV plus lumineuses avec pop et saturation, et son niveau de détail était excellent.

En savoir plus sur les performances du HC6800 à la page 2.

mitsubishi-hc6800-projecteur-examen.gif

Bien que les paramètres par défaut du HC6800 produisent une belle image, il existe quelques domaines dans lesquels le projecteur bénéficie d'un réglage de base à l'aide d'un disque de test comme Digital Video Essentials (DVD International). Hors de la boîte, le projecteur souffre d'un peu d'amélioration des bords et il écrase les détails en noir et blanc. Au réglage de netteté par défaut du HC6800, une certaine sonnerie est évidente autour des bords durs, vous pouvez facilement résoudre ce problème en baissant le contrôle de la netteté. Cependant, si vous réglez le contrôle trop bas, l'image devient douce, vous voudrez donc trouver un bon équilibre. En ce qui concerne les détails noirs, le HC6800 n'a montré aucune des barres noires dans le motif de test DVE 'PLUGE avec échelle de gris' que j'utilise pour régler le contrôle de la luminosité. Après quelques explorations du menu, j'ai découvert une option dans le menu Fonctionnalité appelée Configuration, avec des niveaux de noir automatique, désactivé, 3,75 et 7,5. Le réglage par défaut «auto» affiche les détails noirs avec du contenu HD mais les écrase avec du contenu 480i / 480p, seul le réglage «off» affiche le modèle PLUGE tel qu'il devrait être observé à chaque résolution. De même, le réglage de contraste par défaut du HC6800 écrase légèrement les détails blancs fins, vous voudrez donc baisser le contraste en quelques clics.

Après avoir effectué ces ajustements de base, je me suis installé pour d'autres démos avec des sources DVD, HDTV et Blu-ray. J'ai utilisé mon Epson Pro Cinema 7500UB à prix moyen comme référence. (Le PDSF de l'Epson est de 4199 $, soit seulement 700 $ de plus que le PDSF de Mitsubishi. Cependant, alors que l'Epson se vend près de son PDSF, le Mitsubishi se vend beaucoup moins.) Dans un certain nombre de domaines, l'image du HC6800 ressemble assez à celle des Epson plus chers: les deux offrent une couleur riche mais généralement naturelle (le vert des Mits était peut-être une nuance plus précise), des tons de peau neutres et d'excellents détails. La température de couleur chaude de Mitsubishi était juste une nuance plus chaude avec des signaux plus brillants et un peu plus froide avec des signaux sombres, avec une poussée plus verte. La différence était cependant subtile. Avec chaque projecteur configuré pour s'adapter à une salle de cinéma sombre, la sortie de lumière entre les deux était presque identique, de sorte que les scènes lumineuses, qu'elles proviennent de la TVHD ou du Blu-ray, avaient un contraste comparable.

Là où les deux projecteurs divergent, c'est dans le département du niveau noir. Le niveau de noir du HC6800 est solide pour un modèle LCD moins cher, mais il n'était pas aussi profond que celui du modèle Epson élévateur. En conséquence, les scènes HDTV, DVD et Blu-ray plus sombres semblaient un peu plus plates et plus délavées, et les zones noires de l'écran avaient tendance à paraître plus grises. Pour atteindre un niveau de noir décent, le HC6800 s'appuie fortement sur son iris automatique. Avec le diaphragme automatique désactivé, le niveau de noir a augmenté sensiblement. Malheureusement, avec l'iris engagé et réglé à sa vitesse par défaut de 3, je pouvais clairement voir les fluctuations de la luminosité de l'image dans la scène d'ouverture de The Bourne Supremacy (Universal Home Video). J'ai tourné l'iris à la vitesse la plus élevée (5), et cela s'est avéré plus efficace. Je pouvais encore voir des fluctuations dans des scènes particulièrement délicates, mais dans l'ensemble, la vitesse plus rapide a fourni l'amélioration nécessaire. Du côté positif, le diaphragme automatique est silencieux dans son fonctionnement, donc il ne distraira pas.

Comme je l'ai mentionné dans l'ouverture, le HC6800 utilise la puce de traitement Reon-VX de Silicon Optix, et le résultat est un projecteur qui fonctionne bien dans les départements de désentrelacement et de conversion ascendante. Avec un contenu 1080i, il a passé tous les tests de traitement sur mon disque Blu-ray HD HQV Benchmark (Silicon Optix), ainsi que mes démos réelles de Mission Impossible III (Paramount Home Video) et Ghost Rider (Sony Pictures Home Divertissement) disques Blu-ray. Dans le domaine 480i, il a de nouveau passé mes tests de désentrelacement, à la fois avec des disques de test et des scènes du monde réel. Les jaggies et autres artefacts numériques n'étaient pas un problème, et le HC6800 a en fait fait un meilleur travail que l'Epson dans sa conversion ascendante du contenu SD, produisant une image qui semblait plus détaillée. Lors de l'alimentation de ce projecteur un vrai signal 24p à partir d'un lecteur Blu-ray, le HC6800 émet le signal à 48Hz, ce qui signifie qu'il affiche chaque image deux fois. Cela se traduit par un mouvement légèrement plus fluide et moins de saccades que ce que vous obtenez avec le processus 3: 2 traditionnel utilisé pour sortir le contenu du film à 60 Hz.

Un avantage clair du HC6800 par rapport à l'Epson est son niveau de bruit. Le ventilateur de l'Epson est un peu bruyant - et le devient encore plus dans son mode haute altitude, que je dois utiliser à 5000 pieds pour empêcher le projecteur de surchauffer. En revanche, le HC6800 est très silencieux, même dans ses modes les plus lumineux, ce qui en fait un bon choix pour quelqu'un qui a besoin de placer le projecteur près du coin salon. Il est à noter que ce modèle n'a pas de mode haute altitude, mais je n'ai eu aucun problème de surchauffe. Si vous vivez à une altitude beaucoup plus élevée, cela pourrait être un problème.

Points faibles
Le HC6800 fonctionne très bien pour un projecteur dans la classe de prix inférieure à 2500 $, mais il n'a pas la gamme de performances que vous pouvez trouver lorsque vous passez au niveau de prix suivant. Comme je l'ai mentionné ci-dessus, avec des sources plus sombres, le niveau de noir du HC6800 et le contraste qui en résulte sont solides mais pas exceptionnels. En général, lorsque vous montez dans la chaîne de prix, vous obtenez un meilleur niveau de noir qui se traduit par un contraste plus élevé et une image plus riche et plus digne du cinéma pour le visionnage de films. Le HC7000 élévateur, par exemple, a un rapport de contraste plus élevé et moins de rendement lumineux pour créer des noirs plus profonds pour un environnement de théâtre dédié.

À l'autre extrémité du spectre, lorsqu'il est configuré pour son rendement lumineux le plus élevé (mode de lampe standard, température de couleur haute luminosité), le HC6800 produit une image observable, mais elle n'est pas aussi brillante ni aussi précise que certains autres modèles qui le sont. spécialement conçu pour une utilisation dans un espace de visualisation plus lumineux. Le mode haute luminosité a une température de couleur assez froide pour augmenter les blancs, et l'image globale a une dominante vert bleuâtre visiblement vous ne pouvez pas utiliser les commandes avancées de balance des blancs avec ce mode pour résoudre ces problèmes. Permettez-moi de souligner que je parle spécifiquement du projecteur réglé dans son mode le plus lumineux pour visualiser du contenu dans une pièce bien éclairée, comme je l'ai dit ci-dessus, le rendement lumineux du HC6800 dans sa configuration adaptée au cinéma est assez bon. Mais, si vous prévoyez de faire beaucoup de visionnage dans une pièce avec une bonne quantité de lumière ambiante, il existe d'autres projecteurs qui peuvent être mieux adaptés à la tâche.

Le flou de mouvement peut être un problème avec les projecteurs LCD, et le problème se présente avec le HC6800. Avec mon disque Blu-ray FPD Software Group, le Mitsubishi a affiché une bonne quantité de flou dans tous les modèles de test de résolution. De même, un certain flou était évident avec un contenu sportif plus rapide. De plus, le HC6800 n'offre pas de mode 120Hz, qui commence à apparaître dans plus de projecteurs. Au-delà de la sortie 48 Hz des signaux 24p, le HC6800 ne dispose d'aucun type de mode «fluide» qui utilise l'interpolation de mouvement pour éliminer les saccades des sources cinématographiques. Personnellement, je ne trouve pas que cela soit un inconvénient, car je ne suis pas fan de l'interpolation de mouvement (en particulier avec les images grand écran d'un projecteur), mais certaines personnes peuvent considérer son absence comme un inconvénient.

Dans le domaine de l'ergonomie, la fonction limitée de décalage de l'objectif horizontal signifie moins de flexibilité pour s'adapter aux situations où le projecteur doit être décentré. Enfin, le HC6800 clignote un 'No S
ignal 'sur l'écran chaque fois que vous changez de résolution ou que vous repérez un disque, ce qui peut être gênant. De plus, lorsque vous éteignez l'appareil, il clignote un écran tout blanc rapide et lumineux qui surprend, c'est le moins qu'on puisse dire.

comment faire une capture d'écran sur snapchat sans

Conclusion
Le Mitsubishi HC6800 est un appareil performant qui offre une image agréablement propre, naturelle et détaillée avec tous les types de sources. Ce projecteur est particulièrement bien adapté à quelqu'un qui prévoit de regarder beaucoup de contenu HDTV dans sa salle de cinéma, mais c'est aussi une option à prix raisonnable pour les cinéphiles à petit budget qui veulent l'accoupler avec un écran 2,35: 1 et un objectif anamorphique. . Il offre un bel ensemble de connexions, d'ajustements d'image et d'outils de configuration motorisés, et il est très silencieux. Pour un prix public de moins de 2500 $, le HC6800 représente une excellente combinaison de performances, de fonctionnalités et de valeur et vaut vraiment le coup d'œil.

Ressources additionnelles

• Lire plus d'avis sur les projecteurs du personnel de HomeTheaterReview.com.

• Trouvez le écran parfait pour le HC6800 .

• En savoir plus un système de lentilles anamorphiques pour vous aider à tirer le meilleur parti du HC6800.