Préamplificateur Krell Phantom III avec module DAC

Préamplificateur Krell Phantom III avec module DAC

Krell-Phantom-III-préamplificateur-stéréo-examen-avant-petit.jpgDans le monde d'aujourd'hui axé sur les serveurs de musique, la tendance des préamplis audiophiles est de fusionner le convertisseur numérique-analogique (DAC) avec le préampli stéréo traditionnel, ce qui en fait un facteur de forme quelque peu nouveau que les amateurs de musique, les amateurs audio et les équipements. les têtes se réjouissent. La série de préamplificateurs Phantom de Krell remplace désormais la série Evolution, qui était la meilleure offre de Krell. La ligne Phantom est importante pour Krell fans et audiophiles, car c'est la première ligne de préamplis conçue depuis le départ du fondateur de Krell.

Ressources additionnelles
• Lire plus d'avis sur les préamplificateurs stéréo du personnel de HomeTheaterReview.com.
• Voir plus d'avis dans notre Section d'examen de l'amplificateur .
• Explorer Haut-parleurs d'étagère et Haut-parleurs sur pied dans nos sections d'examen.



Le Krell Phantom III examiné ici est le préamplificateur le moins cher de la gamme Phantom, mais ce n'est certainement pas un produit d'entrée de gamme - loin de là. Le Phantom III possède une grande partie de la technologie de ses frères et sœurs plus chers, mais possède un ensemble de fonctionnalités différent. Notamment, le Phantom III est le premier préamplificateur Krell à être équipé d'une sortie casque et d'un module DAC en option. Notre échantillon d'examen était équipé de le DAC en option module et se vend 7 000 $ (les modèles non équipés de DAC coûtent 5 500 $).



La philosophie de conception du préamplificateur phare Krell Phantom se poursuit avec le Phantom III. Comme ses grands frères, le préamplificateur de niveau ligne Phantom III est une conception monophonique double entièrement équilibrée avec une régulation d'alimentation et des circuits imprimés séparés pour chaque canal. Les cartes de circuits imprimés utilisent une technologie de montage en surface avec des miroirs de courant à sorties multiples propriétaires qui offrent une linéarité en boucle ouverte plus élevée que les conceptions traditionnelles. Le circuit présente également une conception de bande passante supérieure à la normale (700 kHz), qui est censée pousser les artefacts de signal bien au-delà de la portée de l'audition humaine. La conception n'utilise aucune rétroaction négative. La conception du mode courant de Krell utilise le courant plutôt que la tension pour transmettre le signal, ce qui serait mieux adapté pour tirer parti de la bande passante du circuit supérieure à la normale, tout en étant plus immunisé contre la distorsion du signal que les circuits traditionnels basés sur la tension. . Krell pense que les avantages sonores du système actuel valent bien le coût accru qui vient avec l'augmentation de près de trois fois du nombre de pièces et de la charge d'ingénierie accrue.

Le contrôle du volume se fait via une échelle de résistance équilibrée pour minimiser l'impact sur la bande passante et la réponse transitoire du circuit que j'ai décrit ci-dessus, quel que soit le réglage du volume. La sortie casque est la première de Krell. Le circuit pour cela est identique au circuit principal dans le but de fournir une écoute au casque avec les mêmes performances que la lecture par haut-parleur. Écouteurs sont en plein essor comme aucune autre catégorie de produits audio / vidéo spécialisés, donc beaucoup de gens apprécieront cet ajout de design.



Tous les circuits décrits ci-dessus sont alimentés par une alimentation électrique surdimensionnée qui comprend un transformateur de 95 VA et 40 000 µF de capacité. Malgré la taille de l'alimentation, le Phantom III dispose d'un nouveau mode de veille écologique qui réduit la consommation d'énergie à deux watts. Depuis l'introduction des produits de la série «e» de Krell, la société s'est efforcée de faire en sorte que les produits Krell consomment moins d'énergie lorsqu'ils sont en veille ou au repos.

Krell-Phantom-III-préamplificateur-stéréo-review-display.jpgEn plus de la sortie casque, le module numérique en option est un autre préamplificateur Krell en premier. Le module DAC en option dispose d'entrées numériques AES / EBU, coaxiales et optiques qui acceptent les signaux LPCM jusqu'à 24 bits / 192 kHz. Tous les signaux numériques sont envoyés à un DAC ESS Sabre ES 9018. Certains d'entre vous reconnaîtront cela comme le même DAC utilisé par Oppo, McIntosh et bien d'autres. Krell déclare que sa mise en œuvre de ce DAC populaire est différente de celle d'autres fabricants car le signal analogique résultant est conservé dans son domaine de courant natif (plutôt que de tension). Le signal est ensuite envoyé au mode courant de Krell, le circuit analogique discret et équilibré décrit ci-dessus. Ceux qui pourraient penser que Krell vient de rester coincé dans la puce DAC d'un lecteur Blu-ray Oppo Digital à 500 $ se tromperaient beaucoup.

Tous ces goodies audiophiles sont soigneusement emballés dans un châssis joliment fini qui partage l'esthétique Krell actuelle sur le thème industriel. Cependant, le Phantom III n'inclut pas l'insert de plaque frontale poli et incurvé qui figure sur ses grands frères, ainsi que les produits des séries Evolution et Foundation. Une hauteur relativement courte de 3,8 pouces permet au Phantom III d'être placé dans presque n'importe quel espace d'étagère pouvant accueillir sa profondeur de 18,25 pouces. Malgré sa taille relativement compacte, le Phantom III pèse 23 livres solides, je suppose que cela est dû en grande partie à la lourde alimentation. Les entrées audio comprennent trois paires d'entrées asymétriques et deux paires d'entrées symétriques, les sorties comprennent une paire de chacune, plus la prise casque de 0,25 pouce susmentionnée. Des connexions de commande et de déclenchement sont également fournies pour l'intégration et l'automatisation.



Le branchement
L'intégration du Phantom III dans mes systèmes stéréo était assez simple. J'ai essayé le Krell dans différents systèmes, couplé avec des amplificateurs de McIntosh, Krell et Halcro. Toutes les connexions de niveau ligne ont été effectuées avec des câbles symétriques. La profondeur du Krell a rendu le placement dans des racks peu profonds difficile, mais je n'ai eu aucun problème à installer le Phantom III dans mon Porte-sacs Billy . La hauteur relativement courte de l'unité lui a permis de s'intégrer même dans les espaces de rack les plus courts. Bien que la ventilation soit toujours importante, je n'ai jamais trouvé le Phantom III particulièrement chaud pendant de longues sessions d'écoute.

J'ai utilisé le conditionnement d'énergie par Richard Gray dans un système et le Affluents T200 dans l'autre. J'ai essayé les deux Câbles transparents Ultra MM2 et Câbles Kimber Select , car les deux sont révélateurs et ont bien fonctionné avec une myriade de composants qui ont franchi mon seuil. Les sources comprenaient le McIntosh MCD500 , Oppo BDP-95 et PS Audio PerfectWave DAC MKII (revue à venir).

Le Phantom III était une opération plug-and-play. Au-delà de la connexion de quelques câbles, aucune autre configuration n'était nécessaire pour démarrer mon écoute. Cependant, ceux qui le souhaitent peuvent personnaliser les paramètres par défaut pour le nom d'entrée, les niveaux de finition, la balance, les déclencheurs, etc.

Découvrez les performances du préampli Krell Phantom III à la page 2.

pioneer elite kuro pro 151fd

Krell-Phantom-III-préamplificateur-stéréo-review-angled.jpg Performance
J'ai commencé mon écoute avec 'Turning Tables' d'Adele de son album 21 (Columbia). Avec le Phantom III, j'ai tout de suite remarqué plus de définition dans les cordes qu'avec mon préampli McIntosh C500 tubé, mais aussi une touche plus avant-gardiste dans les voix. Adele semblait plus réaliste sur le Krell et, à certains égards, plus glamour avec des tubes. Je ne suis pas sûr que cette dernière approche sonne mieux, car je veux entendre à quoi ressemble la bande maîtresse - à quoi ressemblait la session - et le Krell Phantom III m'a emmené là.

En restant avec des voix féminines pour voir si cela se limitait à l'enregistrement d'Adele, j'ai joué quelques morceaux de l'album éponyme de Scala & Kolacny Brothers (Atco), car j'ai beaucoup écouté ce CD ces derniers temps. La couverture de «Creep» de Radiohead est apparue comme plus définie avec le Krell que le McIntosh. Les notes de piano inférieures, en particulier, étaient mieux définies et avaient plus de poids avec le Krell dans la boucle. Alors que la scène sonore était de taille similaire avec les deux préamplificateurs, la définition des voix individuelles et leur espacement étaient plus faciles à discerner avec le Krell. Comme pour l'album d'Adele, la chorale de la Scala et Kolacny avait un caractère vocal un peu plus en avant, moins voilé.

Comme il s'agissait du premier préamplificateur Krell avec un module DAC ou une sortie casque, je voulais également passer du temps à évaluer ces fonctionnalités. J'ai lu quelques disques via mon Oppo BDP-95 et comparé les sorties analogiques du lecteur avec la sortie coaxiale en utilisant le DAC de Krell. Ce qui a rendu cette comparaison encore plus intéressante pour moi, c'est que l'Oppo et le Krell utilisent le même DAC ESS Sabre 9018. Avec «Hallelujah» de Jeff Buckley de son album Live at Sin-e (Sony), j'ai entendu une plus grande définition de la hauteur de ton en utilisant le DAC Krell par opposition à l'Oppo.

Le DAC de Krell a fourni une image plus cohérente et intégrée de haut en bas. En comparaison, l'Oppo était incohérent dans la gamme de fréquences, ce qui rendait une présentation moins naturelle. Mes impressions sont restées inchangées lorsque j'ai écouté 'Dinah' de Bucky Pizzarelli de l'album Swing Live (Chesky). La musique sonnait simplement plus réaliste lorsque j'utilisais le DAC de Krell, et la présentation générale était mieux équilibrée, moins encombrée et plus naturelle.

J'ai ensuite comparé le DAC de Krell avec mon DAC de référence, le PS Audio PerfectWave MK II (avis posté bientôt). Les deux étaient plus similaires que ne l'étaient le Krell et l'Oppo, en particulier avec les fichiers numériques haute résolution. 'Bacchanale' de Saint-Saëns 'Samson et Delilah sur le disque Exotic Dances from the Opera (Reference Recordings, HRx) a été beaucoup joué chez moi ces derniers temps, car c'est l'un de ces rares morceaux agréables à écouter tout en fournissant une bonne évaluation de votre système de lecture. Les composants mineurs ont tendance à brouiller les détails de la corde et des instruments à vent, ce qui nuit au réalisme. Je suis heureux de dire que le Krell et le PS Audio ont bien fait ici. Alors que le PS Audio détenait une légère avance dans le département de résolution, le Krell était à la hauteur de sa réputation de famille en reproduisant le claquement viscéral de la batterie avec un peu plus de poids. Le DAC PS Audio autonome a ses avantages, mais la commodité d'avoir un DAC intégré à votre préampli stéréo est assez convaincante. Si vous recherchez un DAC autonome, vous pouvez obtenir le Phantom III sans le module DAC interne. La plupart ne le feront pas, car le DAC Krell interne est si bon.

L'autre fonctionnalité nouvelle pour Krell que je voulais vérifier était la sortie casque. J'ai utilisé une paire d'anciens écouteurs Grado RS-1, Westone 4R (revue à venir) et Monster Turbine Pro Cuivre faire mon écoute. Alors que les écouteurs Monster sont plutôt bons, les Westone 4R et Grado RS-1 plus révélateurs (et plus chers) ont vraiment pu tirer parti du circuit des écouteurs du Krell. Mes impressions d'écoute avec les écouteurs indiquent que la sortie casque est en effet un match sonore pour les sorties principales. La qualité sonore du circuit du casque est à égalité avec certains des amplificateurs de casque autonomes et bien meilleure que les sorties casque couramment trouvées après coup sur tant de produits. Une paire du nouveau Sennheiser Les écouteurs supra-auriculaires HD700 ne sont pas arrivés à temps pour l'examen, mais j'ai hâte de les écouter via le Phantom III et publierai un commentaire avec une mise à jour.

Le mauvais côté
Le Phantom III est un excellent préamplificateur, mais il lui manque certaines options importantes pour un certain nombre d'audiophiles. Par rapport à certains préamplificateurs, le Phantom III a des connexions limitées et un ensemble de fonctionnalités plus petit. J'aurais aimé voir des connexions USB et réseau pour le DAC (bien que le nouveau streamer Connect en attente de Krell puisse servir de concentrateur numérique). Du côté analogique des choses, les connecteurs CAST et les sorties auxiliaires pour la bi-amplification ou les subwoofers seraient une bonne idée. Le manque de connexions CAST (le système d'interconnexion en mode courant propriétaire de Krell) aura un impact sur les auditeurs qui ont l'intention d'utiliser le préamplificateur avec d'autres produits Krell équipés de CAST, mais n'aura aucune conséquence pour quiconque.

Bien que la licence soit coûteuse, une simple carte de commutation HDMI permettrait un moniteur vidéo pour les personnes qui cherchent à construire un système audiophile de la nouvelle école ou pour ceux qui essaient de contrôler des appareils comme le Apple TV , Roku 3 et bien au-delà.

L'ajout d'un certain niveau d'égalisation aurait été une fonctionnalité bienvenue sur le Krell Phantom III, comme d'autres dans cette classe de prix l'ont. Certains audiophiles s'accrochent à l'idée que toute égalisation est «mauvaise», mais cette notion est dissipée par ceux qui savent. Chaque pièce est différente et souvent imparfaite, même un outil de base pour vous aider à régler votre pièce peut vraiment vous aider.

Concurrence et comparaison
Le Krell Phantom III a une concurrence féroce sur le marché. Il existe plusieurs préamplificateurs équipés de DAC dans la gamme moyenne à quatre chiffres. Le Classé CP-800 (5 000 $), Audio Research DSPRe (7 495 $) et McIntosh C50 (6 500 $) viennent à l'esprit. Si vous utilisez un système avec uniquement des sources numériques, le PS Audio PerfectWave DAC (4 800 $ avec pont réseau) est une autre alternative. Le Classé CP-800 est une unité beaucoup plus riche en fonctionnalités avec plus d'entrées et de sorties, notamment des entrées USB et des sorties de subwoofer. Il dispose également de fonctions d'égalisation et de gestion des basses. Ce que le Krell fait que le Classé ne fait pas, c'est garder les entrées analogiques dans le domaine analogique, tandis que le Classé numérise les signaux analogiques entrants pour utiliser toutes ses fonctionnalités. L'Audio Research DSPre a plus d'entrées, y compris USB, et dispose d'un filtre numérique sélectionnable pour son DAC. Le McIntosh C50 est également bien doté de fonctionnalités, y compris les entrées USB et phono, ainsi que l'égalisation.

Krell-Phantom-III-préamplificateur-stéréo-examen-avant-petit.jpg Conclusion
Le Phantom III est la première entrée de Krell dans le monde des préamplificateurs équipés de DAC, un segment de marché qui gagne en popularité. La conception modulaire du Krell est un moyen intelligent d'aider les consommateurs à protéger leurs investissements au fil du temps. Bien que la partie analogique du préamplificateur ne soit probablement pas obsolète ou rendue obsolète, les CNA continuent d'apporter de grandes améliorations sur une base régulière. Avec le Krell, vous pouvez remplacer le module DAC par une conception plus récente et plus avancée le moment venu sans avoir à remplacer l'ensemble du préamplificateur.

La qualité sonore du Phantom III est extrêmement bonne et à égalité avec le meilleur des meilleurs des plus grandes entreprises audiophiles. Pendant mon temps avec le Krell, j'ai joué une variété de CD Top 40, des pistes audiophiles acoustiques et quelques téléchargements HDTracks pour voir comment le Krell faisait avec une plus grande variété de genres et de formats musicaux. Sans exception, le Phantom III était extrêmement détaillé et dépeignait des scènes sonores holographiques avec des positions bien définies des instruments et des voix à l'intérieur. La reproduction des basses était puissante, profonde et tendue, à la hauteur de la réputation de longue date de Krell. Le Phantom III est un préamplificateur révélateur sur tous types de matériel. Dans les revues de composants stéréo, on entend souvent des phrases comme «musical», «fidèle à la musique» et «fidèle à l'enregistrement». Le Krell Phantom III est un type de produit fidèle à l'enregistrement, il n'ajoute rien et n'enlève rien au signal qu'il est envoyé. Si vous alimentez les enregistrements de bonne qualité du Phantom III, vous obtiendrez un son exceptionnel. D'autre part, les mauvais enregistrements ne seront pas romancés, aucune dureté ou imperfection ne sera entendue.

enceintes murales n & b

Le Krell Phantom III sert à la fois de préamplificateur et de DAC. Avoir les deux capacités dans un seul composant est un avantage supplémentaire, car cela prend moins de place et permet d'économiser sur le coût d'une paire d'interconnexions. Parfois, le risque de combiner plusieurs produits en un seul composant est qu'un produit ne correspond pas au niveau de l'autre. Avec le Krell Phantom III, vous n'avez pas à vous inquiéter, car il s'agit d'un enfer d'une combinaison DAC et préampli avec de la place pour un réseau potentiel et des mises à niveau à l'avenir.

Ressources additionnelles